Résoudre Tous Les Problèmes De Windows Et Autres Programmes

Toujours sous Windows NT

Ce n'est un secret pour personne que Microsoft Corp. dirigera un discours marketing spécial auprès des utilisateurs de Windows NT Server 4.0 lorsque la société lancera son système d'exploitation Windows Server 2003 le mois prochain, tout comme elle l'a fait pour Windows Server 2000. Et son annonce de la suppression progressive de la prise en charge de NT Server 4.0 a certainement amené des hordes d'utilisateurs à s'asseoir et à en prendre note.

Pourtant, malgré les pressions et l'incitation de Microsoft, il existe des légions d'utilisateurs de Windows NT Server qui ne sont pas prêts à bouger ou n'ont pas terminé leurs migrations.



fabricant de motos moto x pure edition

Bob O'Brien, chef de produit du groupe dans la division serveur de Microsoft, estime que 35 à 40 % de la base installée du système d'exploitation serveur Windows utilise NT 4.0. Il fonde cela en partie sur un rapport vieux d'un an dans lequel le cabinet d'études de marché IDC a prédit qu'il serait de 33% à la fin de l'année dernière.



L'analyste de Gartner Inc., Tom Bittman, pense que le nombre d'utilisateurs de NT Server pourrait être plus élevé. Bittman dit qu'il est de 60% à 70%, sur la base d'anecdotes de clients et d'informations de Microsoft.

Quel que soit le chiffre le plus proche de la vérité, un simple fait est clair : il y a encore beaucoup de Windows NT Server 4.0 en cours d'utilisation. Période.



Microsoft le savait lorsqu'il a décidé d'étendre les principales options de support pour NT 4.0 jusqu'en 2004. Son système d'exploitation vieillissant devait disparaître des tableaux de support à la fin de 2003. Mais Microsoft ne pouvait pas se permettre de risquer de nuire aux relations avec ses précieux clients professionnels. , en particulier les très gros qui s'inquiétaient de l'exécution d'un système d'exploitation non pris en charge.

O'Brien dit que les utilisateurs de NT Server 4.0 d'aujourd'hui sont divisés en trois camps : ceux qui ont pour politique d'exécuter un système d'exploitation pendant cinq à sept ans, ceux qui ont des applications métier clés et des services de fichiers et d'impression fonctionnant sur NT, et ceux qui sont trop à court d'argent pour effectuer des mises à niveau fréquentes.

Comme tout fournisseur, Microsoft préférerait que les clients se tournent vers de nouveaux produits dès qu'ils arrivent sur le marché. Mais les utilisateurs qui sont restés avec NT 4.0, disponible depuis juillet 1996, ont souvent les raisons pragmatiques suivantes de tenir le coup :



1. Les grands mouvements prennent du temps. KeyCorp disposait de 1 800 serveurs non Unix exécutant Lotus Notes, des services de fichiers et d'impression et certaines applications commerciales. La société de services financiers basée à Cleveland voulait rester en phase avec ou légèrement en avance sur la suppression progressive du support de Microsoft. Elle a donc conçu un plan sur deux ans pour passer à Windows 2000, explique Wade Tolman, vice-président exécutif des opérations technologiques d'entreprise.

« Le plus grand défi devient simplement la planification, lorsque vous parlez de toucher autant de serveurs et d'employés », déclare Ann Louis, vice-présidente des opérations technologiques d'entreprise chez KeyCorp.

Le service informatique de KeyCorp a mis à niveau 450 serveurs - certains de NT 4.0 et d'autres de NetWare de Novell Inc. - vers Windows 2000 au cours de l'année écoulée. À l'origine, les plans prévoyaient que les 1 300 serveurs Windows NT et les 50 serveurs NetWare restants seraient terminés d'ici la fin de l'année, mais des projets concurrents interviennent et la migration devrait s'étendre jusqu'en 2004.

Le retard ouvrira la porte à une nouvelle option, Windows Server 2003, qui est attendue en avril. Mais Tolman dit qu'il ne ressent pas l'urgence de modifier le plan de migration existant, car la prise en charge de Windows 2000 durera de nombreuses années.

KeyCorp pourrait plutôt envisager de sauter la version de Windows 2003 et d'attendre son successeur, le nom de code Blackcomb, qui, selon Microsoft, sortira en 2005 ou 2006, selon Tolman.

2. Les applications critiques pour l'entreprise ont été conçues pour NT 4.0. Farmers Insurance Group a acheté la version 6 du logiciel de Siebel Systems Inc., l'application principale de sa division des sinistres, en 2000, explique Sherry Porter, responsable des systèmes distribués de la société basée à Los Angeles. L'application a été conçue pour fonctionner sur NT 4.0, et parce que Siebel n'a pas ajouté le support de Windows 2000 à cette version d'assurance particulière jusqu'à la fin de l'année dernière, Farmers n'a pas eu la possibilité de passer de NT 4.0 jusqu'à récemment.

Comme de nombreux utilisateurs le savent bien, les fournisseurs ne se précipitent pas toujours pour certifier leurs anciennes applications afin qu'elles s'exécutent sur des systèmes d'exploitation plus récents.

'Ils ne le certifieront pas nécessairement à moins que vous n'ayez suffisamment de poids ou qu'ils aient une raison impérieuse', déclare Porter.

Siebel voyait tellement de Windows NT parmi sa clientèle qu'il a sorti Siebel 7 en novembre 2001 à la fois sur Windows 2000 et Windows NT 4.0, même si le nouveau système d'exploitation était déjà sorti depuis 21 mois, a déclaré une porte-parole de San Mateo, Californie. basé Siebel dit.

Lorsque Microsoft a annoncé que la prise en charge de NT 4.0 prendrait fin, Farmers aurait pu passer à Siebel 7 sur Windows 2000. Mais l'assureur n'a pas trouvé les nouvelles fonctionnalités suffisamment utiles pour justifier la dépense, dit Porter.

Une autre considération majeure était que l'application Siebel 6 de Farmers a été si fortement modifiée avec du code personnalisé qu'une mise à niveau aurait été « une quantité de travail considérable », explique Porter. Le service informatique élabore donc un plan de migration de son application Siebel 6 vers Windows 2000.

Cependant, certaines entreprises n'ont pas cette option. Ils doivent passer à une nouvelle application sur un nouveau système d'exploitation, conserver l'ancienne application sur un système d'exploitation non pris en charge ou acheter un contrat de support pour NT auprès d'un partenaire Microsoft.

3. NT 4.0 fonctionne très bien, merci. Les entreprises qui ont mis à niveau vers Windows 2000 Server peuvent être impressionnées par sa stabilité et ses performances améliorées, mais beaucoup d'autres qui utilisent encore NT trouvent que l'ancien système d'exploitation a atteint un état suffisamment solide pour répondre à leurs besoins. CE Franklin Ltd. possède 16 serveurs Windows NT 4.0 exécutant des services de fichiers et d'impression, de courrier, d'intranet et de terminaux. Les six serveurs de terminaux peuvent être mis à niveau cette année, mais il n'y a pas de plan de mise à niveau pour le reste.

« NT est la bête que nous connaissons », déclare David Curran, directeur des TI à la société d'approvisionnement des champs pétrolifères basée à Calgary, en Alberta. « Nous savons ce qu'il faut pour le maintenir en vie et en bonne santé, et sans une véritable analyse de rentabilisation pour passer à Windows 2000, nous n'avons pas été en mesure de justifier la dépense. »

La fin du support peut créer le cas qui pousse Curran à envisager une « mise à niveau à contrecœur ». Mais il dit qu'il ne pense pas qu'il serait dangereux d'exécuter NT sans support. 'Pour la plupart, ces serveurs sont stables', dit-il.

Curran dit qu'il est intrigué par l'idée de sauter Windows 2000 Server en faveur de Windows Server 2003 afin de pouvoir prolonger le cycle de vie des systèmes d'exploitation des serveurs de CE Franklin et de couvrir les coûts de licence.

« Vous ne devez pas seulement payer pour les licences de serveur ; vous devez payer pour des centaines de licences d'accès client, et cela ne fait que faire grimper les coûts », explique Curran.

4. Les mises à niveau perturbent l'activité. Comme de nombreuses organisations, Navy Exchange Service Command à Virginia Beach, en Virginie, dispose d'un mélange hétérogène de serveurs. Le détaillant, qui emploie plus de 16 000 personnes dans 108 emplacements dispersés, exécute ses applications les plus critiques sur plus de 100 boîtiers Unix. Mais il possède également une collection de serveurs Novell et Windows NT.

« Nous ne voyons rien qui puisse nous pousser à quitter NT Server en toute hâte », déclare le CIO Bill Finefield. «Habituellement, au moment où quelque chose comme ça arrive à la fin de sa durée de vie, c'est assez stable. Et nous ne faisons rien d'exotique avec. S'il fonctionne aujourd'hui, il y a de fortes chances qu'il le soit demain.

Finefield dit que c'est la fin du support pour une application, pas pour un système d'exploitation, qui entraîne les mises à niveau dans son organisation. « Ce n'est pas le système d'exploitation qui est si important pour votre entreprise », dit-il. « Ce sont les applications qui s'exécutent dessus. »

L'une des raisons pour lesquelles Finefield hésite à mettre à niveau les systèmes d'exploitation des serveurs est la perturbation que cela causerait aux activités de Navy Exchange Service. Finefield cite le temps qui serait nécessaire pour préparer, configurer, tester et déployer à la fois le nouveau système d'exploitation et toute application qui s'exécute dessus. De plus, les nouveaux systèmes d'exploitation nécessitent généralement plus de mémoire, de puissance de traitement et de stockage.

'Cela commence un effet d'entraînement, vous obligeant à investir dans du matériel, une formation et des ressources supplémentaires pour suivre le rythme', dit-il. « Après avoir traversé tout cela, vous ne voulez tout simplement pas y toucher pendant un moment. »

5. Où est le retour sur investissement ? Metropolitan Health Corp. à Grand Rapids, Michigan, possède 54 serveurs Windows NT 4.0 exécutant des applications de soins de santé, financières et de chaîne d'approvisionnement, des bases de données et divers utilitaires. Le DSI Bill Lewkowski déclare qu'avec autant d'applications, il est difficile pour son organisation et ses fournisseurs d'applications de suivre les nouvelles versions de Microsoft du point de vue du temps et du budget.

En outre, il est difficile de calculer un énorme retour sur investissement d'une mise à niveau de l'infrastructure par rapport aux projets qui affectent directement les utilisateurs finaux, note Lewkowski.

Ainsi, Metropolitan Health prévoit d'intégrer ses décisions d'architecture de serveur dans des objectifs commerciaux de haut niveau, explique Randy Truax, responsable des services techniques.

Truax espère lier la mise à niveau du système d'exploitation à un projet de consolidation de serveurs, car Metropolitan, comme de nombreuses entreprises, exécute une application par serveur NT, souvent parce que ses fournisseurs d'applications les ont écrites de cette façon.

Metropolitan Health essaiera également de justifier les coûts de la mise à niveau du système d'exploitation en regroupant les serveurs, car Truax souhaite que le service informatique puisse corriger les machines sans avoir à les mettre hors ligne, de sorte que les utilisateurs finaux devraient de plus en plus s'appuyer sur des systèmes informatiques. au lieu de papier ne perdront pas l'accès à leurs applications.

'Je veux réduire le coût de l'infrastructure au maximum, mais sans renoncer à la stabilité ou à l'évolutivité', déclare Truax.

Utilisateurs du système d'exploitation Slow Lane

Histoires dans ce rapport :

comment intercepter les appels téléphoniques
  • Utilisateurs du système d'exploitation Slow Lane
  • L'histoire jusqu'à présent : les systèmes d'exploitation
  • Toujours sous Windows NT
  • Le temps presse pour les utilisateurs OS/390
  • Premiers pas avec Linux
  • Gestionnaire de volumes logiques
  • UnitedLinux gagne du terrain
  • La rébellion mondiale des codes
  • Le système d'exploitation est-il important ?
  • L'Almanach : Systèmes d'exploitation de serveur
  • Comment votre carrière peut prospérer avec Linux
  • Le chapitre suivant : Systèmes d'exploitation de serveur
  • Cinq choses que tout responsable informatique doit savoir sur Linux
  • Comment intégrer Linux avec Unix
  • Faire en sorte que les plates-formes de développement d'applications et d'infrastructure s'entendent