Résoudre Tous Les Problèmes De Windows Et Autres Programmes

Critique : VirtualBox 5.0 contre VMware Workstation 11

Oracle VirtualBox et VMware Workstation ont été s'en sortir depuis plusieurs années maintenant. VirtualBox occupe le coin libre et open source de l'anneau, tandis que VMware Workstation est une application commerciale propriétaire. Pour le prix, Workstation est généralement à la pointe des fonctionnalités et des performances, tout en offrant des intégrations étroites avec le reste de la gamme de virtualisation VMware.

Fondamentalement, cependant, les deux produits sont assez similaires. Les deux fonctionnent sur des hôtes Windows ou Linux et prennent tous deux en charge un large éventail d'invités Windows, Linux et Unix. (VirtualBox fonctionne également sur OS X, alors que VMware propose Fusion pour Mac.) VirtualBox et Workstation vous permettent de créer de grandes machines virtuelles et des réseaux virtuels complexes. Les deux vous permettent de prendre autant d'instantanés de machines virtuelles que vous pouvez en stocker, et ils vous donnent une chronologie graphique pour naviguer parmi eux. Les deux prennent en charge les clones liés, qui basent des copies de machines virtuelles sur des instantanés pour économiser de l'espace disque.



En bref, VirtualBox et Workstation sont les moyens les plus capables d'exécuter des machines virtuelles sur le bureau. Avec la version 5.0, VirtualBox comble certaines lacunes. À quelle hauteur la barre a-t-elle été élevée ? Assez élevé pour que VirtualBox reste compétitif dans le bas de gamme du marché VMware Workstation, mais pas assez pour en faire un substitut individuel pour les utilisateurs souhaitant des performances de niveau Workstation.



Oracle VirtualBox 5.0

VirtualBox s'est généralement distingué comme l'alternative gratuite à VMware Workstation, même si sa liste de fonctionnalités n'était pas aussi complète ou ses performances aussi rapides que celles de son concurrent commercial. Avec la version 5.0, les nouvelles fonctionnalités visent principalement à rendre le travail quotidien un peu plus fluide.

Cela ne veut pas dire que l'amélioration des performances n'était pas du tout à l'ordre du jour. VirtualBox 5.0 ajoute la prise en charge de la paravirtualisation pour les invités Windows et Linux. La paravirtualisation permet aux systèmes d'exploitation invités d'effectuer certaines actions directement sur le matériel hôte via une API exposée sur l'hôte, bien que l'invité doive être conscient de la paravirtualisation pour que cela fonctionne. La bonne nouvelle est que les principaux systèmes d'exploitation -- Windows, Linux et FreeBSD, par exemple -- peuvent tous faire cela. L'utilisateur peut choisir l'interface de paravirtualisation à utiliser pour une machine virtuelle donnée (comme Hyper-V ou KVM) ou permettre à VirtualBox de décider automatiquement.



Pour continuer à lire cet article, inscrivez-vous maintenant

Obtenez un accès gratuit